La bisexualité et les fantasmes

Publié le par l'un l'autre

La bisexualité et les fantasmes

 

Les pratiques bisexuelles occupent une place importante dans l'univers des fantasmes masculins et féminins. Dans le cas d'un couple qui cherche à renouveler ses plaisirs, c'est probablement la manifestation la plus spontanée qui permet de changer de partenaire (au moins virtuellement) sans menacer l'équilibre du couple...
Une visite sur les forums de différents portails féminins montre que cette situation fantasmatique est souvent vécue de façon gourmande et ludique, même si le passage à l'acte n'a pas lieu.
Selon l'orientation plus ou moins bisexuelle du couple les jeux seront différents. Il reste que si la bisexualité de la femme est facilement acceptée, celle de l'homme peut poser quelques problèmes. Si la plupart des hommes apprécient la bisexualité de leur compagne, ce n'est pas réciproque et beaucoup de femmes éprouvent jusqu'à de la répulsion à l'idée de partager leur compagnon avec un « troisième larron ».


Le triolisme
Quand un couple hétérosexuel cherche à donner un peu de piment à sa vie érotique il a souvent recours au fantasme du trio: c'est le triolisme qui met en scène deux femmes et un homme ou deux hommes et une femme. Plus chaque participant est bisexuel et plus il y a de possibilités.
Si le thème du trio fait partie des incontournables dans le monde des fantasmes, les scénarios peuvent varier considérablement selon les couples. Le fantasme se limite parfois à du voyeurisme, beaucoup d'hommes se plaisent à imaginer qu'ils assistent aux jeux érotiques de deux femmes, en spectateurs et non en tant qu'invité.

 


Peinture japonaise du 19ème siècle qui montre un homme découvrant son
épouse en compagnie de son jeune amant et qui s'adapte à cette situation
pour sa plus grande joie!



Une autre peinture de la même époque montre une scène plus classique: un homme en compagnie de sa concubine, une jeune fille en kimono, se mêle à leurs jeux...

 

L'échangisme
Comme son nom l'indique sans ambiguïté, l'échangisme consiste à changer de partenaire. Familièrement cela s'appelle une « partie carrée » qui se joue à deux couples, la « partouze » , quant à elle, se joue à plusieurs. L'échangisme ne requiert pas de pratique bisexuelle, notamment de la part des hommes, les jeux érotiques féminins ne sont pas exclus, loin s'en fut, et parfois l'échangisme permet de découvrir une partie de soi bisexuelle. L'échange de partenaire tient également une place prépondérante dans les fantasmes et la littérature érotique.


Le mélangisme
On reprend les mêmes ingrédients, mais cette fois on ajoute la dimension bisexuelle. L'imagination et la recherche du plaisir mènent la danse... Cette pratique ne convient cependant qu'aux couples qui ont su reconnaître leurs facettes bisexuelles. Des scènes où les corps se mélangent sont très fréquentes dans la littérature érotique de toutes les époques, elles ont été également représentées dans l'art des fresques érotiques de Pompéi, à celles de l'Inde.


Faut-il réaliser ses fantasmes ?
En tout cas, rien ne devrait se faire sans que chacun soit pleinement d'accord. Accepter pour faire plaisir aboutit souvent à des catastrophes et peut perturber gravement la relation. Les joies érotiques ont un caractère ludique qu'il faut apprécier comme un bonheur sensuel, elles peuvent enrichir la relation d'un couple renforcer la complicité et la confiance. Le couple choisit son invité (e) qui se trouve ainsi investi d'une mission érotique.
Il n'y a donc pas de norme et les repères sont ceux que chacun souhaite se donner. C'est au couple de décider des limites et des conditions dans lesquelles il veut réaliser son fantasme. Il faut toujours se donner la possibilité de faire marche arrière, si les réticences l'emportent sur les désirs, et respecter les émotions de chacun. Réaliser un fantasme peut présenter certains dangers, par exemple, faire l'amour dans un lieu public fait encourir une amende! Faire l'amour avec un (e) invité(e) peut faire surgir de la jalousie si la personne qu'on aime semble « trop » l'apprécier , ou si l'on se sent délaissé, ou pire « instrumentalisé ». C'est ce qui arrive quand on a l'impression de ne pas être aimé (e) pour soi-même, mais de ne servir qu'à satisfaire les fantasmes de l'autre.

Publié dans J'ai lu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

C DeMagnagues 06/03/2007 11:32

Ce serait la moindre des choses que de citer vos sources. Notre équipe de nénévoles a travaillé pour rassembler témoignages et références sur la bisexualité. Nous avons encore de nouveaux articles sur la bisexualité. Servez-vous et copiez ce que vous voulez, mais citez la provenance et mettez un lien vers Sexologie Magazinehttp://www.sexologie-magazine.com

Julie 21/01/2007 12:30

curieusement oui